GUIDE DE HAUTE MONTAGNE

samedi 30 mars 2013

Enfin de vrais news !

Depuis mon accident en BASE Jump mi septembre et la création de ce blog cet automne, j'ai surtout regardé en arrière en revenant sur mes faits d'armes passés parfois en rapport avec l'actualité...
Après 6 mois de convalescence, handicap et kiné, je crois qu'il est à nouveau temps de regarder en avant et de penser à l'avenir !

Dès que j'ai pu remarcher début 2013, malgré mon coude douloureux et mon pied droit inefficace, je me suis assez vite remis à grimper histoire de continuer ma rééducation de façon un peu plus ludique...

Grimper en salle dans mon cas, ne présentait que des avantages : Pas de marche d'approche, possibilité de grimper en moulinette, grande variété de situations motrices, plaisir de raconter 50 fois la même histoire à tous ceux, qui très gentiment, s'inquiétaient de mon accident (et blague mis à part, je les en remercie...) et surtout, me mettre à jour sur les derniers potins du milieu !

Mais bon, il faut l'avouer, même si ça met la caisse et que ça m'a permis de bien me remuscler le pied et de pouvoir bien appuyer dessus, après 2 mois de résine 2 à 3 fois par semaine, il fallait que je sorte ! Me sentant capable de réaliser l'approche de certains secteurs, je me suis décidé il y a 15 jours à retourner sur le cailloux.

Des débuts un peu difficiles avec un gros manque de sensations (tant dans la grimpe que dans le fait de retrouver un intérêt à passer toute une journée dehors pour serrer des bout de rocher...), mais finalement, la forme et l'envie de grimper sont vite revenues !

Les Capucins St antonin
Pour l'instant, la fragilité de mon calcanéum et certaines barrières psychologiques m'interdisent la grimpe en tête et je fais appel à toute la compassion de mes amis pour aller me poser des moul'. Merci à eux sans qui rien ne serait possible !

Mes poseurs de moulinette préférés :

Charles Noirot
Bruno Colla
Cela va sûrement durer quelque temps et la pratique de l'alpinisme me semble encore lointaine...

Capucins Le cancer des bras 8a
Alliat L'as des pics 8a








Mine de rien, avec déjà 6 sorties en falaise sur ces 15 derniers jours, déjà pas mal de voies sont tombées entre le 7c et le 8a.

Capucins Challenger 7c
Le cancer des bras 8a


D'ailleurs, est ce que quelqu'un peu me dire combien de points vaut un 8a réalisé flash et en moulinette (en mettant un peu de temps à déclipper les dégaines pour faire comme si...) histoire que je remplisse ma scorecard sur 8a.nul !

mercredi 6 mars 2013

La dame du lac

Ces derniers temps, il faut bien l'avouer, je fais surtout de l'alpinisme virtuel via le net !

Je me suis donc aperçu au court de mes errances numériques, que cela faisait quelques semaines que la fameuse "Dame du lac" au dessus du Lac de Montriond en haute Savoie était en très bonne condition, ce qui n'est pas si fréquent.

Ouverte en 1992 par Thierry Renault, Denis Condevaux et François-Guy Thivierge, cotée 6+, elle avait attendu 2000 pour être répétée par François Damilano et Guy Lacelle.


En 2006, elle est de nouveau formée. Je motive Christophe Dureau pour une frappe éclair dans l'Alpe...
Pour moi, cette cascade est mythique et je m'en voudrais de manquer ces bonnes conditions trop rare.























Ce sera aussi l'occasion d'aller rentre visite à notre ami David Marret, bloqué pour quelques jours à L'hôpital de Chamonix avec de bonnes gelures aux orteils suite à une escapade solitaire dans la face nord des Grandes Jorasses.

Nous effectuerons lors de se séjour l'ascension magnifique de cette cascade d'anthologie puis des "Larmes de merlin" (M8/5/160 m) situé dans le même secteur.

Les larmes de Merlin

 
Une tentative dans le cirque du fer à cheval ou la chaleur nous fera renoncer au pied de la cascade de Pissevache (6/350 m), un détour par l'hosto de Cham et retour à la maison.


film cascades lac de Montriond from Romain Wagner on Vimeo.

dimanche 3 mars 2013

Les jeux du cirque

Le week end dernier avait lieu l'incontournable fête du glaçon à Gavarnie. Cet événement organisé par l'association Passe murailles a pour but de promouvoir l'escalade sur glace, l'alpinisme en géneral et le pyrénéisme en particulier !
Depuis plusieurs années, nous nous y rendons avec les différentes équipes jeunes alpinisme du massif. L'occasion pour ces apprentis glaciériste de se frotter au mythe du cirque, de se rencontrer, de côtoyer d'autres passionnés et de me prouver qu'ils ne tiennent pas que les prises et les piolets mais aussi l'alcool !

Cette année, étant donné mon état physique, je ne m'y rends pas pour encadrer ces jeunes mais plutôt pour profiter de la beauté des lieux, retrouver les copains et voir un peu où j'en suis de ma rééducation...


Je me propose donc d'accompagner Christian Biard et les jeunes de l'équipe CAF midi Pyrénées. L'objectif est modeste : Pour moi, voir si j'arrive a aller jusqu'au fond du cirque, et pour les jeunes, découvrir le coin et faire quelques longueurs dans ce temple de la glace.


Il n'y a finalement pas foule dans les cascades, et nous optons pour la classique "Fluide glacial". Comme je suis plus organisé que j'en ai l'air, j'ai quand même embarqué piolets et crampons "au cas où"...
La marche d'approche s'est bien passée et je tente l'aventure en m'encordant avec Max et Christophe pour qui ce sont les premiers coups de piolets dans le cirque.


Max grimpe bien dans le première longueur qui n'est pas si facile à protéger avec une glace creuse. Je me dis que cela vaut le coup d'essayer et qu'au pire, ils pourront toujours me mouliner si je n'arrive pas à grimper. La douleur à mon coude droit m’empêche de frapper mais la cascade déjà bien parcourue propose crochetages et bonnes marches... De plus, mes coyotes me permettent aisément de ramener main droite et de toujours frapper de la gauche !


Mes mollets de sédentaires chauffent, mais j'atteins R1 placé derrière la colonne. Tout va bien à part un froid glacial auxquels mes derniers mois passés à l'abri des éléments extérieurs m'ont rendu plus sensible. Je ne suis pas le seul à me cailler et c'est festival d'onglet au relais...


Max repart dans la traversée de L2 et nous amène sur la première vire neigeuse de la voie. La journée est déjà bien avancée, le froid persistant provoque l’effondrement spontané de plusieurs structures aux alentours, les jeunes sont fatigués et pour ma part, il faut que je garde un peu de jus pour le retour. Nous décidons de tirer les rappels. Certains jeunes motivés vont refaire en moulinette la première longueur et j'entame tranquillement une descente qui va s'avérer longue et quelque peu douloureuse...


Quelques bières plus loin, j'ai oublié mes souffrances et la soirée dansante durera jusque tard dans la nuit ! La douleur réapparaitra le lendemain au réveil mais qu'importe, contre toute attente, j'ai pu grimper dans le cirque cet hiver, et c'est bien ça le plus important !