GUIDE DE HAUTE MONTAGNE

lundi 24 février 2014

Cascade du Chatel, Val Cenis, Maurienne

Avec les jeunes des équipes CAF 31, 65 et 64, nous sommes allés à l'ice meeting de Val Cenis en Maurienne. Ce rassemblement festif de glaciéristes est chaque année le lieu de ralliement de l'ensemble des équipes jeunes de la FFCAM.

A cette occasion, nous avons gravit la très sympathique cascade du Chatel au dessus de Val Cenis.


Lors de notre premier parcours, on passe tout droit, dans le plus raide, sur une belle glace bleu.

Mélaine attaque en tête
Nathan a l'air plutôt content d'être là !
Manon se régale
La voie fait deux longueurs de 50 m.

L'ambiance est bonne au relais
Le guide donne un conseil avisé... Ou sort une grosse connerie !
On descend à pied puis un rappel de 60 m dans une barre rocheuse nous dépose aux sacs. Il nous reste du temps, les jeunes sont motivés pour "piler de la glace" et on décide de gravir la cascade une deuxième fois mais dans la gorge de gauche.


L'ambiance est vraiment originale, on a l'impression de remonter un canyon ! Dans le haut, la glace bien qu'épaisse est translucide et on voit l'eau qui s'écoule derrière. Vraiment magnifique ! La sortie s'effectue par un petit trou sous un énorme bloc coincé.

Max à R1
Florent repart en tête
Eric un peu plus haut
Une ambiance entre spéléo et canyon
Aller, quelques images vite fait pour se faire une idée de l'ambiance du lieu !



Le lendemain, on ira grimper vite fait au secteur du "petit château" avant de reprendre le minibus pour un retour dans le sud ! C'est sûr, notre bilan carbonne est plus que négatif, Yann Arthus et Nicolas vont s'arracher les cheveux, mais bon, on est allé chercher de la vrai glace là où il y en avait !

jeudi 6 février 2014

Couloir Nord Ouest de la pointe de la Vignole

Jean a une demande un peu particulière...

Il aimerait faire une course de mixte qui grimpe un peu (ce qui justifie quand même ma présence...) mais où il pourrait aussi s'exprimer en tête de cordée...

Au vu des conditions (pas mal de neige et toujours aussi peu de glace...), le secteur Baillettes / Vignole au col du Puymorens est tout indiqué !

Départ pas trop matinal par les remontées de la station, on "serre un peu les fesses" dans la traversée depuis le haut du télésiège de la Mine jusqu'au plat sous les faces... Ca en a quand même pas mal posé ces derniers jours !

 
On met les peaux pour finir l'approche et on se dit qu'il en faudrait pas beaucoup plus pour que ça devienne presque craignos... La face est superbement plâtrée, quelques coulées se produisent le temps qu'on se prépare, ça va être ambiance !!!


Ce dièdre parfait est vraiment magnifique
Après les dernières recommandations, je laisse Jean attaquer.


Les conditions sont plutôt bonnes avec même un peu de neige vaguement durcie...

 
Arrivé au pied du dièdre, la suite se redressant pas mal, Jean fait preuve de lucidité et installe un relais sur deux pitons dont un déjà en place. Je le rejoins et repars en tête dans cette longueur vraiment somptueuse ! Du mixte de grande classe, pas évident sans être extrême (dans le M4+ pour se faire une idée...). Comme d'hab, il faut ouvrir l'œil et nettoyer pas mal pour pouvoir se protéger sans oublier de viser les touffes d'herbes salvatrices...
 

 
 Jean sort "le casque de travers" mais enthousiasmé par la beauté de cette longueur ! Pour ne rien gâcher, je l'accueille sur un relais 4 étoiles déjà en place.
 
 
 
 Il repart en tête dans une longueur qui a l'air débonnaire mais qui lui prendra pas mal de temps. Ca brasse un max dans la peuf, quelques petits pas de mixte bien retord et toujours le souci et la difficulté d'arriver à se protéger efficacement.
 

 
Mine de rien, l'heure tourne et je reprend les manettes histoire de ne pas se faire rattraper par la nuit.
 
 
 
Une dernière longueur pas si facile nous mène sur la crête sommitale.

 
De gros nuages s'effilochent au sud et le vent a vraiment forci.
 
 
Encore une longueur sur l'arête battue par le vent et on rejoint vite fait le couloir de descente juste avant la nuit.
 
La voie est vraiment très belle et très intéressante. Pour le matos, nous avions un jeu d'aliens du violet au rouge, un jeu de Camalots du 0.3 au 3, un bon jeu de stoppers et 5 pitons.
 


lundi 3 février 2014

Tentative au pic de Soularac

Ce jour là, ils avaient prévu beau...

Avec Bruno, on est partant pour faire une "activité outdoor", mais laquelle ? Grimpe, ski ?
On opte pour le ski de rando. Mathieu se joint à nous avec plaisir vu qu'en plus,"ils ont prévu que ça se lève dès le matin..."

Première déconvenue en se levant, il pleut, et pas qu'un peu... Pas grave, ça va se lever...

Départ tardif, on ne se presse pas, arrivé à Tarascon, merde, il pleut toujours...

Il faut qu'en même qu'on trouve un truc ou on peut partir de haut avec la voiture histoire qu'il neige et qu'on se mouille pas trop.

On opte pour le massif de Tabe, on prend la route de la carrière de Luzenac qui nous permet d'atteindre 1500 m, là, au moins, c'est de la neige...

 
Bon, il est quand même 11h30, ça va sûrement pas tarder à se lever comme ils ont prévu...
Ca fait 150 m qu'on est parti de la voiture et c'est déjà l'aventure...
 

Plus on monte, plus il fait mauvais... On décide de rajouter des couches.



Etant donné qu'en plus on veut ne pas s'exposer à un risque d'avalanche non négligeable par cette belle journée, on monte sur une croupe balayée par le vent...


La glace fait son apparition, on déchausse.


On chemine alors sur l'arête en version alpiniste. 

 
 
Le vent forci, l'éclaircie tant attendue est pas près d'apparaître, on voit pas à 20 m et ça devient presque dangereux de se déplacer sans crampons... 250 m sous le sommet, un échappatoire nous permet de descendre de l'arête et de rechausser les skis pour quelques virages... La descente ne sera pas inoubliable non plus... Vers 14 h30, vu qu'on est plus très loin de la voiture et que le temps à presque l'air de s'améliorer, on décide un pic nique bucolique à proximité de la carrière de Luzenac. Ambiance industrielle de vieille usine désaffectée de l'ex URSS assez originale !
 
 
Ah si, finalement, passé 16 h, nous feront le trajet Tarascon - la maison sous un soleil radieux !